Notre établissement thermal de La Bourboule, idéal pour une cure thermale médicalisée, vous accueille de Février à Octobre pour un séjour à La Bourboule. Pré-réservez une cure thermale voies respiratoires ou une cure pour la peau et autres problèmes dermatologiques. Découvrez le thermalisme en Auvergne et ses bienfaits durant une cure thermale à la Bourboule en pré-réservant dès à présent.

Les voies respiratoires

En Voies Respiratoires (VR), le traitement thermal est basé sur l’aérosolthérapie dont le principe est la fragmentation de l’eau thermale en fines particules de dimensions variables. Cette technique assure la pénétration, la diffusion et la fixation des principes actifs de l’eau au niveau de la muqueuse respiratoire. On utilise également des techniques de détersion (pipette, irrigation, pulvérisation nasale et pharyngée) et des techniques utilisant les gaz thermaux (douche nasale gazeuse…), qui favorisent le drainage des voies aériennes supérieures et inférieures.

Traitement des voies respiratoires supérieures

  • Le humage
    L'eau thermale est pulvérisée dans un bol en porcelaine, sous une pression forte permettant de baigner les fosses nasales, le rhino-pharynx, la gorge, les amygdales, le larynx et la trachée.
  • Les pulvérisations nasales et pharyngées
    De fines particules d'eau thermale sont pulvérisées d'une part, dans les fosses nasales, à l'aide d'une palette métallique et, d'autre part, sur le pharynx, par un tamis.
  • La douche nasale gazeuse
    Cette technique de soin thermal met en contact le gaz thermal avec les muqueuses des voies respiratoires supérieures. A l'aide d'une canule à embout nasal, le gaz thermal, capté dans les puits à la surface de l'eau thermale, est administré à faible pression.
  • L'irrigation nasale
    Cette technique de soin thermal permet l'introduction et la mise en contact, par simple passage sous pression, d'une quantité et d'un débit d'eau thermale contrôlables avec les fosses nasales et le cavum. Une olive à usage personnel s'adapte sur un tuyau d'arrivée et se place dans chaque narine, l'eau thermale devant circuler d'une narine à l'autre, sous pression contrôlée.
  • Le bain nasal avec pipette
    Cette technique de soin utilise de l'eau thermale tiède. A l'aide d'une pipette de Depierris en verre ou en plastique à usage personnel, elle assure la mise en contact au niveau des muqueuses nasales d'une quantité définie (5 cc) d'eau thermale avec circulation d'une narine à l'autre. L'eau thermale nettoie les muqueuses et traite les fosses nasales par absorption cellulaire locale de ses agents actifs. Elle va équilibrer et mieux faire fonctionner le processus immunitaire local de la muqueuse nasale ; elle a aussi un rôle d'inhibition sur un système immunitaire trop actif.
  • Le gargarisme
    Se fait avec l'eau thermale de la source Perrière. Son action se situe au niveau de la muqueuse du pharynx.

Traitement des voies respiratoires supérieures et moyennes

Diverses techniques d'aérosolthérapie sont utilisées, selon la partie de l'arbre respiratoire que l'on veut atteindre. L'eau thermale est fragmentée en particules plus ou moins fines.

  • L'aérosol sonique
    L'aérosoliseur est ici couplé à un vibreur sonique. L'aérosol est vibré et pulsé, ce qui favorise la pénétration et multiplie l'efficacité, en particulier au niveau des sinus de la face.
  • L'aérosol manosonique
    Est une technique récente, utilisée en O.R.L. pour les affections des voies respiratoires supérieures et de l'oreille moyenne : sinusite et otites séreuses.
    A l'aérosol vibré et pulsé, s'ajoute une pressurisation par commande manuelle du curiste. Cette action se fait à intervalles réguliers, en inspiration accompagnée d'une déglutition.
    Elle permet à l'aérosol de pénétrer dans la trompe d'Eustache et est très bien acceptée par le jeune enfant.

Traitement des voies respiratoires basses

  • L'électro-aérosol (soin collectif)
    Pour qu'un aérosol puisse arriver jusqu'aux alvéoles pulmonaires et participer aux échanges hémo-respiratoires, il faut que les particules d'eau thermale soient finement dispersées, stables et qu'elles résistent à la floculation, c'est-à-dire une agglomération en flocons.
    Le nébulisateur est sous tension, les particules sont ainsi chargées électriquement. Une grille au plafond se trouve également sous tension, créant un champ électrique avec le nébulisateur. Chargées de même signe, les gouttelettes restent en suspension, ce qui facilite la pénétration dans les zones broncho-alvéolaires.
  • L'inhalation collective
    Des brumificateurs alimentés en air comprimé réalisent un brouillard, en pulvérisant dans une salle de l'eau thermale, sous forme de particules de dimension de 3 à 5 microns.
    Un bain de pied décongestionnant termine le traitement.
  • Le bain simple
    Le bain peut être préparé soit à l'eau de la source Perrière, soit additionné d'eau de Fenestre, selon la prescription du médecin thermal. La balnéothérapie, très relaxante, met au contact de l'épiderme, les agents actifs de l'eau thermale et assure une pénétration cutanée de ces éléments dans l'organisme.
  • La douche générale au jet
    Son intérêt par rapport au bain est de faire varier la température et la pression de l'eau, au cours d'une même séance. Un jet, de faible pression, sur le corps, a un effet sédatif sur l'organisme et décontracte le curiste. Pour les bronchites, un jet localisé sur le thorax facilite l'expectoration.
  • La douche de vapeur
    Il s'agit d'un jet de vapeur projeté sur le thorax du patient. Cette technique crée un phénomène de révulsion.

Traitements thermaux effectués par un médecin

Pratiques médicales complémentaires

  • L'nsufflation tubotympanique
    Avec des gaz thermaux, cette pratique consiste à amener, avec une sonde, l'élément thérapeutique sous pression, à proximité de la trompe d'Eustache et de la membrane tympanique.
  • La douche pharyngienne ou pharyngée
    A l'aide d'un pistolet à jets variables, le médecin projette l'eau thermale directement au niveau des muqueuses du pharynx et sur les amygdales.
  • Méthode de déplacement de PROETZ
    Ce système appartient aux thérapies locales de drainage et lavage des sinus. On utilise pour ce faire des poires et des tubes de PROETZ.

Vous êtes enrhumé ?

  • Le rhinostop 43
    Selon la technique de l'Institut Weizmann de Jérusalem, la pulvérisation d'eau thermale à 43° C permet d'enrayer un rhume naissant.
Plan du site des Grands Thermes de La Bourboule Plan du site des Grands Thermes de La Bourboule Plan du site des Grands Thermes de La Bourboule Plan du site des Grands Thermes de La Bourboule Plan du site des Grands Thermes de La Bourboule Plan du site des Grands Thermes de La Bourboule